Acteur économique important de la Métropole de Lyon, Keolis Lyon soutient le club depuis bientôt 10 ans autour de valeurs communes


 

Bonjour Elodie, pouvez-vous vous présenter ?

Elodie Mijieux : « Elodie, chargée de la communication chez Keolis Lyon depuis bientôt 10 ans tout comme le nombre d’année de partenariat entre le groupe et le club. Je suis en charge des différents partenariats et les services de l’entreprise. Nous venons de changer de directeur général c’est pourquoi j’assure cette interview connaissant le partenariat depuis des années.

Le SYTRAL est la collectivité, composée d’élus et de techniciens. Il est l’autorité organisatrice des réseaux de transports en commun du Rhône et Kéolis, pour le compte du SYTRAL, exploite le réseau des Transports en Commun Lyonnais. En tant qu’acteur économique de l’agglomération lyonnaise, Kéolis Lyon c’est 4 500 collaborations et 80 métiers au total dans l’entreprise et au niveau national le groupe est présent sur une quinzaine de sites. En poursuivant sur des chiffres, la filiale enregistrait en 2019 1,8 millions de voyages par jour sur le réseau TCL (un voyage n’est pas un voyageur car un voyageur peut effectuer plusieurs voyages dans une journée, ndlr). Nos chiffres de 2020 au regard de la crise sont des chiffres impactés. »

 

Qu’avez-vous mis en place au sein de Keolis Lyon pour traverser cette période de confinement ?

EM : « Cette deuxième période de confinement est différente de la première car l’activité économique et scolaire se poursuivent. Chez Kéolis Lyon, nous maintenons l’activité pendant la crise car les Lyonnais ont besoin de se déplacer. Sur le premier confinement nous avons accompagné le personnel soignant mais également les personnes pour qui l’activité professionnelle continuait, donc nous n’avons jamais stoppé notre activité et cette deuxième période a un impact encore moins faible sur l’entreprise.

Pendant la première partie de l’année, nous faisions le minimum, nous avions arrêté les projets et actions pour se consacrer à la crise et aux différentes mesures mises en place. Aujourd’hui, la crise s’est installée et nous avons appris à vivre avec au fil des mois. La particularité de cette crise, c’est le fait qu’elle s’installe dans la durée et qu’il faut apprendre à vivre avec, il faut donc penser à demain et aux différents projets d’évolution du réseau TCL comme le développement du réseau, l’automatisation de la ligne B, l’évolution de la billettique ou encore de la grille tarifaire.

En parallèle de tout cela, nous devons aussi gérer la sécurité sanitaire des voyageurs et des salariés sur l’ensemble du réseau. Nous avons aussi l’enjeu de redonner confiance aux gens, car cette crise a généré une angoisse qui est différente pour chaque personne. C’est pourquoi il est impératif pour nous de rassurer les gens qui empruntent le réseau en désinfectant et en mettant en place certaines mesures.

Il faut à la fois vivre avec la crise et réfléchir à l’avenir de notre entreprise en lien avec ce qui va se passer. »

 

Pourquoi avoir soutenu le Sporting Club de Lyon ?

EM : « Notre soutien pour le Sporting Club de Lyon existe depuis une dizaine d’année et a été créé car nous avons des valeurs communes, telles que la vision humaine et le fait d’apprendre à se connaitre pour mieux vivre ensemble.

Au départ nous avions un problème sur le quartier de la Duchère avec nos lignes de bus et l’un des plus gros acteurs de la Duchère était le club. Nous nous sommes donc rapprochés pour mettre en place des actions communes et notamment apprendre à se connaitre avec, par exemple, des matchs organisés entre nos salariés, contrôleurs et conducteurs, et les jeunes du quartier. Avant n’importe quel jeune de la Duchère pensait que les TCL n’étaient que des conducteurs et contrôleurs mais plus maintenant grâce à nos actions communes avec le club. Je peux citer les visites de nos locaux et la rencontre avec les salariés de l’entreprise, les stages ou encore notre participation à l’action du club « Ton Métier C’est Ton But » en recrutant ces jeunes. Notre ancien directeur général, Pascal Jacquesson, était très sensible à ce partenariat et avait d’excellentes relations avec le club et aujourd’hui nos liens restent étroits et très appréciés dans l’entreprise. Les jeunes ont compris que les contrôleurs étaient les « arbitres » des transports en commun, présents pour faire respecter les règles.

Pour faire un lien avec la crise Covid, le risque qu’elle engendre ce sont que les écarts se creusent entre les gens c’est pourquoi nous avons encore plus besoin de nouer des liens. C’est d’autant plus important et nécessaire de renforcer nos liens même si à l’heure actuelle les matchs entre nos salariés et les jeunes sont compliqués à mettre en place. »

 

Photo d’équipe des salariés de Keolis Lyon avant une rencontre face aux jeunes du club